Kilt Protocol l’identité décentralisée

Logo Kilt Protocol

 

Kilt est un protocole simple qui a pour but initial de créer, réclamer, délivrer, présenter et vérifier des informations d’identifications numériques et digitales.

Cet article nous a été traduit et recomposé par l’excellent Magnum Octopus, merci à lui, son Twitter en bas de l’article pour le rejoindre.

 

Contrairement aux solutions « peer-to-peer », Kilt va proposer des données « auto-souveraines » donc qui nous appartiennent, ainsi que des informations d’identification dites « révocables » en utilisant la technologie de la blockchain.

Aujourd’hui, à chaque fois que l’on veut utiliser un nouveau service sur le net, nous devons bien souvent nous inscrire sur le site en question et cela peut conduire à plusieurs problèmes.

 

Par exemple, tous les sites de e-commerce ont besoin d’une solution apportée par Kilt Protocol, car l’inscription à un site ou entrer des codes de carte bleue peut être un frein énorme aux achats en ligne.

 

En particulier, les noms d’utilisateurs et les mots de passe sont supposés rester confidentiels, mais dans les faits, ils sont partagés par les compagnies qui gèrent les services proposés.

D’ailleurs, il faut savoir que ces compagnies possèdent d’énormes quantités de données générées par leurs utilisateurs dans des serveurs complétement centralisés, ce qui, outre le fait de la question de confidentialité, les rend absolument vulnérables aux cyber-attaques.

Concrètement, le protocole développé par Kilt permettra de garantir à chaque utilisateur un anonymat et une confidentialité stricts pour leurs données personnelles, et surtout un contrôle de celles-ci.

LA TEAM DE KILT PROTOCOL

Ingo Rübe est le fondateur et PDG de BOTLabs, la société qui développe le protocole KILT. Il fut le CTO d’Hubert Burda Media, il a initié le CMS open source Thunder et était auparavant directeur de projet informatique chez Axel Springer.

Ingo est membre fondateur de l’International Association for Trusted Blockchain Applications (INATBA) et a siégé au conseil d’administration de l’Association Drupal.

Hubert Burda Media est une entreprise avec 2,66 milliards de revenus et plus de 12 000 employés.

 

Christine Mohan est la vice-présidente du développement des affaires, a 25 ans d’expérience dans les logiciels et les médias numériques, travaillant pour des startups et des entreprises telles que le New York Times et le Wall Street Journal. Auparavant, elle était CMO de la Web3 Foundation/Polkadot et co-fondatrice de Civil Media, une plateforme de syndication blockchain.

 

Directeur des opérations (COO)

Matthias Möller a vingt ans d’expérience professionnelle et de leadership dans le développement et la livraison de services numériques pour l’industrie de l’Internet et des médias. Depuis les débuts d’Internet, il gère le développement de services Internet frontaux et back-end pour des produits à fort trafic et évolutifs.

 

Directeur financier (CFO)

Kasper Mai Jorgensen rejoint KILT en tant que consultant et directeur financier par intérim. Il a plus de 20 ans d’expérience dans les domaines de la finance et de la conformité dans des entreprises telles que Maersk, Nortel Networks et KPMG.

Kasper est directeur financier de la Fondation Web3, qui soutient les équipes qui construisent le web décentralisé. Kasper a également cofondé ComplyTo, une plateforme de conformité pour les PME européennes confrontées au GDPR.

 

LE PROJET KILT PROTOCOL

Cette partie est tirée des ressources fournies par le site web de Kilt.

L’entreprise berlinoise BOTLabs s’attaque au problème de confidentialité des données utilisateurs en fournissant des mécanismes à l’Internet qui rendent inutiles les noms d’utilisateurs et les mots de passe et rendent ainsi leur stockage dans des « silos centraux » obsolètes.

Illustration : Beaucoup d’utilisateurs enregistrent leurs noms d’utilisateur et mots de passe dans un service central.

 

L’idée de base est aussi simple que captivante : dans le monde analogique (=monde réel), nous n’avons pas de noms d’utilisateur et de mots de passe, mais des documents avec lesquels nous nous identifions. Le protocole KILT développé par BOTLabs permet désormais d‘émettre et de présenter des documents sur l’Internet.

Le procédé fonctionne de cette manière : un émetteur (En anglais : « attester ») délivre sur demande un document aux utilisateurs (« claimer ») concernant une propriété particulière, signé de façon électronique par cet émetteur. Le document n’est pas stocké de manière centralisée chez l’émetteur, mais directement chez l‘utilisateur, comme si l’on avait mis sa carte d‘identité dans son portefeuille.

Le protocole KILT stocke une somme de contrôle du document signé sur la blockchain KILT. La technologie blockchain permet à l‘utilisateur de prouver l‘authenticité de son document à tout moment, tout en garantissant que les informations personnelles ne sont jamais rendues publiques.

Si l‘utilisateur souhaite maintenant s‘identifier à une propriété spécifique, il envoie son document signé au lieu d‘un identifiant ou d‘un mot de passe.

Si le destinataire (« verifier ») est également l‘émetteur du document, il peut vérifier sa propre signature et laisser l‘utilisateur entrer. Si le destinataire est un autre service, il peut vérifier la validité du document sur la blockchain en faisant confiance à l’émetteur.

Comme pour les documents du monde analogique, l’utilisateur peut rassembler différents documents dans son portefeuille numérique et les utiliser au besoin. Par exemple, plusieurs services différents pourraient accepter un document émanant d‘une institution particulièrement fiable, comme c‘est le cas dans le monde réel, comme les cartes d’identité nationales. L‘utilisateur conserve toujours un contrôle total sur ses données : il décide à qui il rend quel document accessible et de ce fait, il peut aussi choisir quelle partie de l‘information doit être visible sur le document.

L’utilisateur a la souveraineté complète sur ses données.

Illustration : Une empreinte numérique du document signé est stockée sur la blockchain KILT.

Le protocole KILT dissocie le processus de vérification du document de l‘émetteur : la personne à qui le document est présenté décide seulement à l‘aide de la blockchain si elle accepte le document.

L‘émetteur n’est plus impliqué. Cela correspond au processus dans le monde analogique, dans lequel, par exemple, l‘émetteur d‘une carte d‘identité ne reçoit aucune information indiquant que l‘utilisateur a présenté l‘identification à une banque.

Ce découplage, caractéristique importante du protocole KILT, protège la vie privée des utilisateurs tout en créant une énorme scalabilité du système, puisqu‘un nombre arbitraire de contrôles simultanés peuvent avoir lieu sans que l‘émetteur soit obligé d‘être actif à chaque fois.

 

TOKEN METRICS

Le protocole KILT est un protocole basé sur la blockchain incorporant la token KILT comme moyen d’activer et d’encourager les fonctionnalités dans l’ensemble de l’écosystème KILT.

La blockchain KILT deviendra une parachain du réseau Kusama et utilisera les caractéristiques de sécurité fournies par la relay-chain Kusama.

Offre totale lors du Token Generation Event (TGE) : 150 millions de tokens KILT pre-minted.

Offre initiale en circulation : 34 millions.

Le reste des tokens pre-minted sera progressivement débloqué sur une période de 6 à 60 mois.

L’inflation initiale sera d’environ 5 % par an, pour tomber à 1 % par an au cours des 6 premières années, puis tendre lentement vers 0 %.

KILT deviendra une parachain décentralisée sur Kusama, et sera lancée avec des mécanismes d’incitation et de staking pour les collators et les delegators.

Indépendamment, du fait que le protocole KILT passe de Kusama à une parachain Polkadot, comme déterminé par la gouvernance communautaire, il n’y aura qu’un seul réseau KILT et un seul token KILT.

 

DISTRIBUTION DES TOKENS KILT

Selon la conception mathématique théorique, il y aura une offre limitée de token KILT, qui seront progressivement introduites dans le système au fil du temps.

Les 150 millions de tokens pre-minted sont répartis de la manière suivante :

 

  • Lors du TGE, il y aura 150 millions de tokens KILT pre-minted.

Tous ces tokens, qu’ils soient non acquis, acquis ou bloqués, peuvent être utilisés dans certains processus de gouvernance et de vote et peuvent être mis en jeu pour des récompenses de blocs.

  • 100 millions de ces tokens sont destinés à la communauté. Ces tokens ne sont pas verrouillés et ne sont pas acquis, ou sont verrouillés pendant 6 mois, ou sont acquis de manière linéaire sur 6, 12, 18 ou 24 mois.
  • Un montant de 4,5 millions de ces tokens est réservé aux participants au vote de la crowdloan ; certains de ces tokens sont débloqués linéairement sur 6 mois après la distribution.
  • Cinquante millions de tokens sont alloués à BOTLabs avec une acquisition linéaire sur 60 mois.
  • Cependant, seulement 34 millions (23%) du nombre total de tokens minted à la TGE seront en circulation après l’événement de transférabilité des jetons (TTE) du réseau principal. Cela représente environ 10 % de la distribution entièrement diluée.
  • Après le TGE, les tokens nouvellement minted seront versés aux collateurs, aux délégués et au Trésor.
  • Le taux de tokens nouvellement minted diminue au fil du temps.
  • Par conséquent, la distribution converge vers un maximum mathématique d’environ 290 millions de tokens KILT (290 560 000).

 

INITIAL KILT TOKEN UTILITY

Au lancement du réseau, KILT commencera par trois utilitaires principaux pour les tokens : les paiements, le réseau on-chain et le staking. Il est prévu de les étendre à d’autres utilitaires au cours des deux premières années après le Token Generation Event.

1. Payment Utility :

  • Facilite le paiement des attestations par les demandeurs pour des titres
    numériques révocables.
  • Le paiement des services d’attestation peut être effectué en $KILT ou en dehors
    du protocole.

2. On-Chain Utility :

  • Ancrer les informations d’identification, les hiérarchies de confiance, les DID et
    les CTYPES.
  • Se défendre contre le spamming de la blockchain par le biais de la « part de l’ange » (= gaz ou coûts de transaction).
  • Participer aux votes de gouvernance tels que les votes pour les changements de fonctionnalité et les mises à niveau ainsi que l’utilisation des fonds du Trésor.

3. Staking Utility :

  • Mécanisme de staking pour les validateurs de la parachain (collators) et les détenteurs de tokens (delegators).
  • Il incite les validateurs et les délégateurs à maintenir le réseau ; il punit les
    validateurs qui se comportent mal en retenant les récompenses (slashing).
  • Les validateurs et les délégateurs doivent mettre en jeu des tokens KILT pour
    pouvoir recevoir les récompenses des blocs (rewards).

 

ROADMAP

 

 

 

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *